Qui rogat, non errat; à bon questionneur, salut

Version française:

Y-a-t-il d’autres personnes qui ont fait une visite médicale récemment, et trouvé suprenant le silence de l’infirmière qui vous examine? 

Quand un infirmier ou une infirmière prend note des informations sur nous sans nous lire nos résultats, nous ignorons tous les détails de nos mensurations. Ce qui n’est pas souhaitable.

Même au cours d’un entretien médical fait exprès pour la discussion d’un résultat anormal, le médecin ne semblait pas avoir le résultat sous la main pendant la consultation, de sorte que la patiente risquait de ne recevoir ni explication, ni résultats imprimés!

Quand il s’agit d’une visite pour soi-même, on peut demander ces informations, mais quand on interprète pour un malade qui ne connait ni la langue ni le protocol ici, la règle de la profession oblige le silence.

La règle de l’impartialité veut que l’interprète évite de conseiller son client.

Mais rester muet devant des oublis du personnel médicaux fait en sorte que le client risque de rater des informations importantes.  Comme la fonction de l’interprète est de faciliter la communication pour que le client reçoive des informations dont il aura besoin, est-ce un conflit entre le protocol et le service au client ? 

Jusqu’à ce que ceci est résolu par les règles professionnelles de l’interpretation, j’invite tous mes clients et chaque patient de garder en tête le dicton latin : « Qui rogat, non errat,» ou «Qui demande, ne se trompe pas.» Si votre infirmier ou infirmière semble se concentrer sur la tâche d’entrer vos résultats dans un fichier éléctronique, il n’y a pas de mal à lui demander de repéter vos résultats plus lentement pour que vous puissiez les retenir, ou bien de les noter ou les imprimer.  En fin de compte, même dans les meilleures circonstances, vous pourriez venir en aide à la tâche de votre infirmière ou médecin en posant des questions a propos de vos résultats.